Matthias Haudenschild, agrotropic


«Le Corona est une césure pour nous tous»


Monsieur Haudenschild, comment agrotropic a-t-elle vécu le lockdown?
Bon, il y avait différentes dimensions, comme les achats et les ventes. Mais l'accent était - et est toujours - également mis sur les emplois de nos employés et les craintes existentielles de nos nombreuses entreprises floricoles à l'étranger. En Suisse, nous vivons différemment des gens du sud, avec un niveau de sécurité sociale relativement élevé. Dans le sud, c'est différent, et le Corona peut toucher les exploitations agricoles et leurs employés beaucoup plus durement.

Comment avez-vous vécu les premiers jours?
Cela posait problème car non seulement les fleuristes devaient fermer, mais aussi les supermarchés n'étaient pas autorisés à commander de nouvelles fleurs. Cela a provoqué une forte baisse des ventes et a été difficile car les fleurs déjà commandées ne pouvaient pas être annulées. Ils étaient déjà cueillis et étaient en route, ce qui signifie que nous avions soudain une énorme quantité de fleurs dans nos enceintes frigorifiques.


Avez-vous dû jeter ces fleurs?
Heureusement, ce n'est pas le cas. Nous avons pris contact avec les municipalités environnantes et avons offert les fleurs en cadeau en coopération avec les autorités: nous les avons distribuées dans les quartiers, les maisons de repos, etc. C'était une bonne chose pour nous aussi, parce que nous avons réussi à remonter un peu le moral des gens. En tout cas, nous avons reçu d'innombrables courriels de remerciement et autres réactions. Nous avons même trouvé des petites pierres colorées sur notre boîte aux lettres avec des petits messages de remerciement. Cette gratitude nous a tous touchés et a prouvé que nous avons fait le bon choix.


Où pouvez-vous actuellement commander des fleurs?
Pour l'instant, le problème n'est pas la disponibilité dans les fermes, mais la situation des transports. De nombreuses compagnies aériennes sont restées au sol parce qu'elles n'ont plus de passagers et beaucoup de volume a également été perdu du côté du fret. Et en ce qui concerne le transport de marchandises, les biens essentiels ont naturellement la plus haute priorité, ce qui est compréhensible. En d'autres termes, comme la situation change pratiquement tous les jours, nous vivons au jour le jour. Nous essayons de réagir de manière flexible et dynamique et de résoudre les problèmes.

Savez-vous comment se portent les entreprises floricoles et leurs employés?
Parce que nous avons construit ces partenariats au fil des ans et même des décennies et que nous sommes aussi personnellement très présents sur place, nous nous connaissons. C'est doublement dur. De nombreuses fermes ont dû fermer et licencier du personnel, d'autres essaient de sauver ce qu'elles peuvent et continuent à nous vendre des fleurs, bien qu'en quantités beaucoup plus faibles. Mais quand même. C'est un tournant. Parce qu'il manque beaucoup de choses dans ces pays que nous considérons comme acquises. Par exemple, l'eau douce, les médicaments et les hôpitaux. Il n'y a pas de crédits-relais pour les entreprises floricoles, ni d'allocations de chômage pour la population. Ils n'ont généralement pas d'économies ou des provisions. Il s'agit souvent d'une question de pure survie. Nous sommes également très préoccupés par ce problème.

agrotropic, a-t-elle dû licencier des employés?
Non, cela n'est pas en cause. Bien sûr, nous avons dû réduire nos activités, c'est pourquoi nous nous sommes également inscrits pour le travail à temps réduit, qui a déjà été approuvé. Certains de ceux qui travaillent encore le font dans leur home-opffice - ou alors de manière à pouvoir respecter les distances recommandées. Nous avons réagi très tôt et avons distribué, par exemple, des kits de protection et des désinfectants pour les mains à tout le monde, y compris à la maison, pour la famille. Maintenant, nous devons tous nous serrer les coudes.

Qu'est-ce qui est important dans le monde d'aujourd'hui ?
Flexibilité, prévoyance, créativité, courage et empathie.

Qu'espérez-vous?
Que cette crise se termine bientôt et que l'achat de fleurs est généralement autorisé à nouveau. Il y a trop d'entreprises impliquées. Non seulement les fleuristes, mais aussi grands distributeurs, les bourses aux fleurs, les producteurs de fleurs coupées en Suisse et à l'étranger, les agents de transport, les entreprises de logistique aérienne et routière. Sans parler des centaines de milliers d'employés qui vivent des fleurs. Bien entendu, la protection de la population est la priorité absolue. Mais nous devons alors - et bien sûr d'autres secteurs aussi - trouver un moyen de tout remettre en place.

Merci pour cet entretien intéressant, M. Haudenschild.

>> A toutes les interviews


Vers le haut