Marianne Meier-Rutishauser, Rutishauser – Blumenproduzent


«Après le Corona, le monde sera un autre»


Madame Meier-Rutishauser, que signifie pour vous le lockdown en tant que productrice de fleurs ?
Nous étions très inquiets. Au printemps, nous produisons environ 4 millions de tulipes. Ils sont plantés de manière à ce qu'ils fleurissent en différentes semaines. Mais bien sûr, ils le font aussi lorsque les ventes s'effondrent. Eh bien, nous nous sommes adaptés autant que possible à la nouvelle situation et nous faisons de notre mieux pour réduire les dégâts, y compris pour nos employés et nos clients.


En attendant, vous pouvez stocker les bourses et les vendre en ligne. Problème résolu?
C'est une goutte d'eau dans l'océan. Mais je suis reconnaissante que nous puissions maintenant vendre au moins une partie de nos fleurs coupées. Les magasins de fleurs sont fermés et les grossistes ont également disparu. Heureusement, nous pouvons en vendre sur les bourses aux fleurs et sur FleuropHome. En outre, certaines grandes entreprises ont eu l'idée de donner des tulipes à leurs actionnaires en raison de l'annulation de l'assemblée générale. Ces actions sont formidables pour nous. C'est un travail énorme, mais il nous motive à continuer. Malheureusement, ces acheteurs ne sont pas suffisants. Nous devons toujours disposer de grandes quantités de fleurs coupées.


Comment les employés ont-ils réagi? Avez-vous pu assurer le travail pour tout le monde?
Malheureusement, cela n'a pas été possible. Nous avons normalement environ 200 employés. Nous avons pu en garder certains, certains travaillent temporairement et d'autres sont inscrits au travail à temps réduit. Heureusement, nous avons pu placer certains de nos employés dans le secteur agricole. Là, il y a actuellement une pénurie de travailleurs. Et heureusement, nous formons une bonne équipe. Les employés sont compréhensifs et serviables et fournissent également des idées utiles. Je suis vraiment reconnaissante pour tout cela.

Ne produisez-vous que des tulipes?
Notre production varie en fonction des saisons. Actuellement, les tulipes constituent la plus grande partie. Mais bien sûr, nous avons aussi des plantes de printemps comme les primevères et les renoncules, ainsi que des hortensias. Bientôt, les géraniums seront prêts à être vendus, et un peu plus tard, il y aura toute la gamme d'été pour le balcon et la terrasse. Pour l'instant, les géraniums sont une source d'inquiétude. Là, nous espérons dans le commerce en ligne de notre boutique de fleurs.

Quels sont vos plus grands défis?
L'un de nos plus grands défis à l'heure actuelle est la planification. Nous travaillons avec des plantes vivantes. Afin de ne pas générer de grands écarts de production, nous devons nous préparer au moment où nous pourrons revenir à la normale. Cela signifie que nous devons maintenant planter ce que nos clients peuvent exiger en été. Les plantes ont besoin de temps pour pousser. Et comme personne ne sait si la crise sera terminée d'ici là, cela représente un grand risque pour l'ensemble de l'entreprise.

Que fait Rutishauser pour la sécurité de ses employés?
Dans la mesure du possible, les employés sont passés aux bureaux à domicile. Les personnes qui travaillent ici sont protégées conformément aux exigences de l'OFSP. Dans la plupart des cas, l'employé est seul au bureau et les pauses sont décalées. Nous sommes très stricts sur ce point. En ce qui concerne le bureau à domicile, entre autres choses, nous avons remarqué que cela rend la communication et donc la collaboration plus difficile. En particulier en temps de crise, cela représente une charge supplémentaire pour le travail. Mais bien sûr, je comprends l'utilité.

À votre avis, quelles sont les qualités dont un entrepreneur a besoin aujourd'hui?
La confiance, la joie et la persévérance. Nous sommes tous appelés à résoudre notre situation de la meilleure façon possible.

Comment vos clients réagissent-ils à la nouvelle situation?
Nous recevons beaucoup de courriels et de lettres. Il y a beaucoup de cordialité et de solidarité.

Qu'espérez-vous pour le futur proche?
Que nous restions en bonne santé ... et que nous pouvons tirer une leçon positive de cette crise. Je crois qu'après le Corona, le monde sera un autre. Peut-être que certains d'entre nous auront plus de sens des réalités. Et peut-être que nous allons ralentir un peu notre rythme de vie.

Madame Meier-Rutishauser, merci pour l'interview.

>> A toutes les interviews


Vers le haut