Eté indien magique




Envie de trouver des informations ludiques sur la fin de l'été, l'automne, l'été indien et la «fabrique de couleurs» des arbres? Intéressé par des infos sur les courges, les courges record, sur une délicieuse recette à la courge ou sur Halloween?

Cliquez sur les titres qui vous intéressent et savourez la lecture.

A propos des Indiens et de l’été indien


Journées chaudes, ensoleillées, ciel bleu et nuits fraîches: l’été de la Saint-Martin est là, l’été indien frappe à notre porte, avec ses jeux de couleurs inimitables. Les forêts semblent comme ensorcelées, avec leurs nuances dorées qui se transforment bientôt en orange, rouge sombre ou vermillon, mêlant le violet, le cuivre, l’ocre et le brun. Bref, les forêts sont aussi multicolores que la parure de tête d’un chef de tribu indien. Est-ce pour cela que cette saison est appelée «l’été indien»? On ne le sait pas exactement. Ce qui est certain, c’est que l’expression «Indian Summer», utilisée pour la première fois en 1778 par l’écrivain Saint-John de Crèvecœur qui vivait à Orange County (New York), est aujourd’hui sur toutes les lèvres. On ne peut que spéculer sur l’origine de cette expression. Les uns pensent que ce nom est dérivé de la mythologie indienne. Une légende y raconte que le sang des ours abattus s’écoule dans le sol, qu’il est absorbé par les arbres, dont il colore les feuilles. D’autres croient que le terme repose sur le fait que l’été indien était la saison la plus importante pour les Indiens puisque c’était la principale saison de chasse et la période de récolte du maïs et des potirons. Mais qu’importe: l’été indien est d’une beauté incomparable. Savourez-le!








Charmant panier d’automne



Les conseils de décoration pour l’été indien à réaliser soi-même sont ICI.

Vous trouverez aussi l’ambiance magique de l’été indien ICI.

Points communs entre l’été indien et la mode

Qu’il s’agisse de l’été indien ou de la mode: tous deux attirent le regard en ce moment. En particulier le style bohème peu conventionnel qui s’intègre parfaitement dans cette saison. Ses éléments tendance sont audacieux et colorés, avec beaucoup de rouge flamboyant, orange joyeux et violet mystique.

Les perles, les plumes et les rubans de cuir en font également partie tout comme la couronne de fleurs qui sublime les cheveux. Celle-ci évoque la génération «flower-power» de la fin des années 1960, mais aussi les emblématiques couronnes de fleurs de Frida Kahlo. 

Cette mode est en tout cas inhabituelle et ravissante car elle ose quitter les sentiers battus en invitant tout un chacun à jouir de l’instant présent. La vie est quand même merveilleuse – en particulier durant l’été indien.








Vous n’avez pas l’âme bohème, mais souhaitez découvrir d’autres types de vêtements? Cliquez ICI.

Des fleurs pour le vase au lieu de fleurs pour les cheveux, c’est ICI.

L’automne est charmant et romantique

Depuis toujours, la transition presque mystérieuse entre l’été et l’automne aux couleurs rutilantes a fasciné les hommes. Pas étonnant donc qu’ils aient inventé toutes sortes de noms pour la décrire, par exemple «l’été indien» en Amérique du Nord ou «l’été de la Saint-Martin» en France. Ce dernier nom fait référence à une légende qui veut que les fleurs se soient mises à éclore au mois de novembre au passage de la dépouille de Saint-Martin, dans la région de Tours, sur la Loire. En Allemagne, l'été indien est appelé «Altweibersommer», textuellement: «l'été des vieilles femmes», car les longues soies filées par les bébés araignées pour se déplacer dans l’air à l’automne, appelés «fils de la vierge», faisaient penser aux cheveux gris des femmes.
En Hongrie, Pologne et Russie on parle aussi d’«été des vieilles femmes», mais du «temps du brunissement» en Finlande. Les Japonais sont les plus romantiques. Ils appellent cette saison «le petit printemps» (koharu) et la trouvent si belle qu’ils prennent le temps d’aller admirer des paysages et parcs qui arborent des couleurs particulièrement charmantes. Cela ne vaudrait-il pas aussi la peine de le faire chez nous? N’hésitez pas! Nous vous souhaitons une merveilleuse promenade inoubliable!






Nous sommes tous romantiques. Découvrez nos suggestions ICI!


Vers le haut

Les arbres et leur «fabrique de couleurs»



Dès la fin de l’été, les forêts se colorent parce que les arbres profitent de l’hiver pour se reposer et hiberner. Quand les journées raccourcissent et que les nuits deviennent nettement plus fraîches, les arbres extraient de leurs feuilles la précieuse chlorophylle et la transfèrent dans leurs racines.

Un été indien de rêve
La chlorophylle est un élément important pour les végétaux, car avec elle, ils captent la lumière du soleil dont ils ont besoin pour pousser. Lorsque, dès la fin de l’été, l’arbre transfère la chlorophylle dans ses racines, il se crée une source d’énergie à laquelle il peut se «brancher» au printemps pour faire repousser ses feuilles. Pendant l’été, la chlorophylle, colorant vert des feuilles, recouvre les autres pigments qui ne seront visibles que pendant l’été indien. Lorsque la chlorophylle disparaît peu à peu, la carotène (jaune, rouge) et les xanthophylles (jaunes) donnent des couleurs lumineuses. 
La température peut influencer l’intensité de la coloration des feuilles. Une arrivée précoce des nuits froides en automne fait que la chlorophylle sera transférée plus rapidement et qu’on ne verra que les couleurs lumineuses. D’accord?


Pour connaître la symbolique des couleurs des fleurs, cliquez ICI.

Nos rêves de fin d’été se trouvent ICI.




Les arbres feuillus vont faire leur cure de dépuration


Indian Summer-Garden (planté)
Si les arbres feuillus perdent leurs feuilles en automne, c’est pour se protéger eux-mêmes. En effet, l’eau continuerait à s’évaporer à travers les feuilles lorsque le soleil brille en hiver, mais comme en hiver l’eau gèle aussi dans le sol, l’arbre ne serait plus alimenté en eau. C’est la raison pour laquelle la plante développe des phytohormones et les envoie aux pétioles des feuilles. Elles y ont pour effet de former une couche séparatrice transversale. Cette couche se charge de liège et les feuilles tombent. Le bouchon de liège cicatriciel à la base du pétiole de chaque feuille assure à l’arbre une protection extérieure. Il empêche l’invasion potentielle d’agents pathogènes tels que les bactéries ou les champignons. La chute des feuilles est d’autre part une cure dépurative. En effet, avec les feuilles qui tombent, l’arbre se défait aussi des toxines accumulées au cours de l’été (p. ex. polluants de l’environnement). Sans compter que des arbres dénudés résistent mieux à la charge de neige en hiver.

Et autre chose encore: la canopée ouverte permet à la lumière de pénétrer en quantité suffisante jusqu’au sol au printemps, ce qui sera favorable aux fleurs printanières précoces comme les anémones, l’ail aux ours ou les ficaires.








Nos plantes gardent leurs feuilles en automne. La boutique, c’est ICI.

Les chemins du bonheur



Fin d’été magique
Qu’est-ce qui nous rend heureux? Un rayon de soleil impertinent qui nous chatouille le nez? Une étreinte pleine de tendresse? Le rire de nos enfants? Ou la fantastique coloration des forêts en automne? Une chose est sûre: ce sont la famille et les enfants qui nous offrent les moments de bonheur les plus fréquents. Mais la nature vient au deuxième rang. C’est ce que nous avons découvert en vous demandant quand vous vous sentiez heureux. Quelques-unes des nombreuses réponses se rapportaient aussi à cette saison de l’année.
Exemples:
«Je me sens heureux quand la grosse chaleur estivale cède la place aux merveilleuses journées fraîches de la fin de l’été.»
Ou bien: «Je suis heureux pendant l’été indien, quand les feuilles mortes craquent sous mes pas et que je peux admirer l’incroyable somptuosité des couleurs.»
Une autre réponse, cette fois sans lien avec la nature: «Je me sens heureuse et privilégiée de vivre en Suisse, sans guerre, sans famine. Le bonheur, c’est aussi pour moi le fait de pouvoir se lever tous les jours en bonne santé.» Une réponse qui donne à réfléchir, non?

Offrez un instant de bonheur! Pour vous rendre à la boutique, cliquez ICI.

13 septembre: Journée internationale de la pensée positive



Votre verre est-il à moitié vide ou à moitié plein? Et encore: le chiffre treize porte-t-il bonheur ou malheur? La première est une question de point de vue, la seconde est une question de culture. Au Japon, par exemple, le 13 porte bonheur, mais la pensée positive peut elle aussi avoir un impact important. En tout cas, des études scientifiques montrent qu'elle n’influence pas seulement l’esprit, mais aussi le corps et que non seulement les personnes optimistes vivent plus sainement et sont plus heureuses, mais qu’elles vivent aussi plus longtemps.

Le 13 septembre sera la Journée internationale de la pensée positive.

Et au plus tard à cette date, il sera temps pour vous de laisser de côté les pensées négatives et de vous concentrer consciemment sur les bonnes choses de la vie.

Réjouissez-vous par exemple du beau temps ou du sourire d’une personne et adoptez une attitude optimiste pour commencer la journée.

Bien sûr, il est possible qu’il pleuve le 13, mais indépendamment du fait que la pluie rend beau, dit-on, on ne devrait pas s’énerver à cause de choses que l’on ne peut de toute façon pas changer. Autrement dit: Don’t worry, be happy.






Pour découvrir d’autres journées de commémoration, cliquez ICI!

Des études ont révélé que les fleurs renforcent les émotions positives. Rendez-vous à la boutique, ICI.

Le 26 septembre 2019, dire merci est «en vogue»

On est souvent reconnaissant, mais on ne le montre pas. Voici pourquoi la «Journée de remerciement» a été instauré de manière officielle dans les années 1990. Elle se déroule toujours le dernier jeudi de septembre. Inutile de fournir ici de grandes explications car le nom est sans équivoque. Cette journée sert à dire merci du fond du cœur.

En particulier pour les services rendus entre amis et voisins, pour avoir gardé les enfants, arrosé les fleurs, été toujours à l'écoute des petits soucis, fait preuve de compréhension, prêté main forte, été un ami fidèle, transmis sa sérénité lorsqu’on était à bout de nerfs, nourri le chat, promené le chien, etc. Des fleurs? C’est la cerise sur le gâteau. En effet, un tournesol ou un dahlia, une rose ou même un bouquet automnal sont tout simplement irrésistibles lorsqu’ils accompagnent un remerciement qui vient du fond du cœur.


Découvrez comment dire «merci» en 74 langues en cliquant ICI.

Envie de dire «merci» d’une manière tout à fait charmante? Nos modèles de textes de carte se trouvent ICI.

Dites merci du fond du cœur par le biais d’un présent. La boutique est à un CLIC.

Courges surdouées



Une citrouille ensoleillée
Les courges font partie des plus anciennes plantes cultivées du monde. On a longtemps pensé qu’on en plantait déjà il y a 7000 ans. Mais de nouvelles recherches ont révélé que les Indiens d’Amérique centrale les cultivaient il y a environ 10 000 ans. Ceux-ci ne se contentaient pas de les consommer, ils en fabriquaient aussi des récipients et, plus tard, même des instruments de musique. 

A propos d’instruments de musique: ils étaient surtout réalisés avec des calebasses, appelées aussi courges-bouteilles. Celles-ci venaient par contre des régions tropicales d’Afrique centrale: De là, les courants marins les ont amené en Amérique, mais elles sont aussi arrivées en Egypte autour de l’an 2500 avant J.-C. par les zones marchandes. C’est ici que les Romains les ont découvert au début de notre ère et les ont baptisé «cucurbitae». Ce mot ressemble d’ailleurs assez au mot allemand «Kürbis» signifiant courge ou potiron. Mais il y a aussi le mot latin «corbis» pouvant être traduit par corbeille. On peut donc se demander si le terme allemand «Kürbis» – qu’on utilisait aussi comme récipient – ne provient pas de ce mot. N’oublions pas que les Romains se trouvaient sur le sol allemand au début de notre ère. Qui sait? La famille des cucurbitacées est en tout cas immense avec près de cent variétés et près de mille sortes.

Pour trouver des courges remplies de fleurs, des corbeilles, etc. cliquez ICI.

Attention aux courges volantes!

Mix of Indian Summer (dans citrouille)
Il existe des courges qui ne sont pas comestibles. Celles-ci sont utilisées par les adeptes d’un sport particulier et même très étonnant que l’on appelle le «lancer du potiron» (Punkin’ Chunkin en anglais). Dans l’Etat américain du Delaware, il est pratiqué depuis 1986. Un championnat mondial s’y déroule chaque année le premier week-end après Halloween. Plus de 100 équipes s’y réunissent pour tenter de propulser les potirons sur la plus longue distance possible avec des catapultes, trébuchets et même des canons à air comprimé. Mais le succès ne repose pas seulement sur le choix de l’engin. La vitesse du vent et la sorte de courge jouent également un rôle. Les potirons qui se prêtent le mieux au lancer sont ceux de petite taille régulière et particulièrement ferme qui ressemblent à des boulets de canon. Une règle dit que le potiron doit être entier lorsqu’il quitte l’appareil. L’état dans lequel il se trouvera lorsqu’il frappera le sol reste une question ouverte. A propos de distance: la plus grande distance mesurée jusqu’ici est de plus de 1690 mètres. Elle a été réalisée avec un canon à air comprimé.

Découvrez nos petites merveilles trop dommage pour être lancées ICI!







Vers le haut

Fou: des courges record – de la mini à la gigantesque!

Funny Indian Summer
Il y a vraiment des choses incroyables, même en matière de courges. Ou auriez-vous su que la plus petite courge a la taille d’une pièce d’un euro et qu’elle est issue de la petite coloquinte «Spinning Gourd»? 

Mais il en existe aussi des gigantesques. Il y a quelques années, un cultivateur suisse a brisé le record du monde en se présentant aux championnats d’Europe de pesée de courge à Ludwigsburg avec une courge gigantesque de 1054 kilos. Celle-ci avait une circonférence de 5,74 mètres et il a fallu un appareil spécial pour le déposer sur la balance. Dans le Tagesanzeiger, on a pu lire que ce jardinier zurichois avait cultivé trois de ces superbes exemplaires en un seul été: plus lourds qu’une vache adulte, aussi longs qu’une petite voiture. Et tous ont battu un record mondial. Le premier avec 950,7 kilos lors d’une compétition à Berlin, le deuxième avec 953,5 kilos dans le cadre des championnats suisses à Jona et le troisième avec 1054 à Ludwigsburg. C’est quand même fou, non?

Prêt(e) à briser un record pour un être cher? Rendez-vous à la boutique ICI.


Vers le haut

Irrésistible recette de soupe à la courge pour une délicieuse soirée

Mix of Indian Summer (dans citrouille) avec coccinelle en chocolat
Cela fait longtemps que les courges sont devenues incontournables en cuisine. Heureusement, car lorsque les soirées se rafraîchissent, les soupes sont à nouveau les bienvenues. Voici la recette d’un délicieux velouté de courge au vin blanc.

Ingrédients pour 4 personnes: 600 g de courge coupées en dés, beurre, oignon finement haché, un peu de racine de gingembre râpée, 2 dl de crème liquide, 4 dl de vin blanc (par ex. Riesling), 2 dl de bouillon de légumes, 1 cuillère à café de curry, poivre pour assaisonner.

Préparation: dorer l’oignon et le gingembre dans le beurre. Ajouter les morceaux de courge, saupoudrer de curry et mouiller avec du bouillon. Cuire 20 minutes env. puis passer le tout au mixer. Ajouter la crème et poivrer. Garnir éventuellement avec de grandes graines de courge rôties et verser un filet d’huile de graines de courge. Bon appétit!

A propos: les spécialistes disent qu’un potage à la courge est excellent pour les frileux car la courge chauffe de l’intérieur. Cet effet est renforcé en ajoutant du curry et du gingembre à la soupe. Ces épices stimulent également la thermogenèse.

Des conseils de décoration pour l’été indien à réaliser soi-même sont ICI.

Découvrez nos propositions florales pour un souper parfait en cliquant ICI!

Halloween: terriblement beau

Lutin enjoué de la forêt (piqué)
Spirit of Indian Summer
Le 31 octobre, c’est Halloween. Beaucoup de gens se réjouissent déjà plusieurs semaines à l’avance de fêter Halloween. Alors que les audacieux se déguiseront en squelette ou en zombie, d’autres découperont tout simplement un visage dans une courge qu‘ils placeront devant leur porte. Mais d’où vient cette tradition? 

Dans le calendrier celte, ce jour marquait le début du semestre d’hiver et était aussi le nouvel an des sorciers. On disait aussi que les personnes décédées revenaient pour retrouver une enveloppe corporelle. Soucieux de protéger leur corps des esprits errants, les vivants se déguisaient et faisaient beaucoup de bruit pour les chasser. 

L’actuel «Trick or Treat» est un mélange entre cette ancienne tradition et une coutume pratiquée au IXe siècle en Irlande. Elle était appelée «souling» et elle consistait à faire du porte à porte, à chanter quelque chose et à réclamer des «soul cakes» (gâteaux des esprits). Plus on en recevait ou en offrait, plus on sauvait d’âmes du purgatoire et permettait ainsi leur passage au ciel. Cette coutume a été introduite en Amérique par les immigrants. De là – indépendamment du contexte religieux – elle s’est répandue en Europe continentale où aller de porte en porte en chantant et en mendiant des friandises et la coutume des courges se réjouissent d'une popularité croissante tout comme fêter joyeusement Halloween.Kontinentaleuropa. Heute erfreuen sich das Umherziehen von Tür zu Tür, das Betteln um Süssigkeiten und der Brauch, Kürbisse aufzustellen oder eine ausgelassene Halloween-Party zu feiern, auch bei uns grosser Beliebtheit.

Les courges remplies de fleurs comme décorations pour la prochaine fête se trouvent ICI.